Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Jan

Les microbes et la formation...

Publié par Ma.L  - Catégories :  #Le Trophée Anonym'Us

 

 

... Ne font pas bon ménage pour être à l'heure pour le Trophée ! Mais ne soyez pas grincheux, ce soir, vous aurez deux nouvelles pour le prix d'une ! Finalement, le guet-appens des microbes a du bon, non ?

Un peu de sérieux, voici la dix-septième nouvelle du Trophée Anonym'Us, elle se nomme Delia face au port et l'intrigue se déroule en Corse.

 

DELIA FACE AU PORT

First time I shot her I shot her in the side
Hard to watch her suffer
But with the second shot she died

Johnny Cash

Delia marche dans la rue Fesch. Elle porte aux pieds une paire de richelieu vernis noire avec un talon de 9,5 cm. Ce ne sont que des Repetto mais elle prend garde aux interstices des pavés et aux merdes de chiens qui constellent le passage de la rue piétonne et pourraient abimer ses talons. Une vague de touristes retraités arrive de face. Malgré ses 45 kilos et son mètre soixante, Delia ne se poussera pas, la vague devra s’ouvrir devant elle. Ça parle allemand et, en dehors de Marlène Dietrich, Delia vomit les Allemands sans savoir pourquoi. Comme une allergie. Le temps est lourd. Les journées d’automne à Ajaccio sentent souvent les angoisses étouffées que le soleil n’a plus la force de masquer. Il y a dans le ciel des nuages bouffis et humides. Si Delia pensait, elle ne se dirait rien de plus en les observant que :

De gros Arabes poisseux au hammam.

Delia n’est pas une jeune fille apte à penser et cela lui rend bien des services au quotidien. Exister lui importe peu, elle vit et elle brille quitte à marcher dans le vent mais jamais dans la merde et toujours en chaussures qui coûtent une blinde. Là, quand même, les richelieus pèsent autant que des pompes de chantier. Il fait lourd. Delia ôterait bien sa fine veste de cuir mais la garder à la main ou sur le sac casserait sa silhouette. Les couleurs sombres mettent ce qui reste de son bronzage estival en valeur. Elle porte un shorty et un soutien-gorge push-up Princesse tam.tam, un serre-taille Aubade. Si elle était dodue, la sueur inonderait l’ensemble d’auréoles sombres comme le sang. Delia est gaulée à faire pâmer les voyeurs d’Instagram. D’un gracieux mouvement de tête, elle balance sa chevelure blonde sur son épaule gauche. Elle compte plus de 14 K Instagramers parce qu’elle a la taille fine, un beau gros cul qui doit bien peser le tiers de son poids total, de longs cheveux et la science photographique pour choisir l’angle de vue de son corps ou des paysages corses.

 

Et pour la suite, n'hésitez pas à découvrir ou redécouvrir le blog du Trophée Anonym'Us 

http://trophee-anonymus.blogspot.fr/search?updated-min=2016-01-01T00:00:00%2B01:00&updated-max=2017-01-01T00:00:00%2B01:00&max-results=50

Commenter cet article

À propos

Chroniques littéraires sans prétention et des infos sur mon roman, les salons littéraires de ma région (et plus), mes prochains romans